Déterminant de la faible utilisation des méthodes contraceptives modernes chez les femmes en âge de procréer, cas de la ZS de Gombe Matadi.

RESUME

Contexte

Le niveau d’utilisation des méthodes contraceptives modernes reste faible dans notre pays. La présente étude avait pour objectif d’analyser les facteurs associés à la faible utilisation des méthodes contraceptives modernes dans la Zone de Santé rurale de Gombe Matadi.

Méthodologie

Il s’est agi d’une étude transversale à visée analytique qui a été menée auprès de 302 femmes en âge de procréer sélectionnées suivant un échantillonnage aléatoire à trois degrés.

L’étude a permis d’établir ce qui suit : (i) La prévalence contraceptive moderne était de 29% (IC95%, 22,6%-34,6%) ;( ii) la majorité des femmes avaient déjà entendu parler de la planification familiale ;( iii) La source principale d’information était les personnels de santé dans les formations sanitaires. (iv) Les principales raisons de utilisation faible des méthodes contraceptives modernes étaient le coût élevé de service, le manque d’information et la peur des effets secondaires.

Résultats

Après analyse bi variée ,six déterminants de la faible l’utilisation des MCM étaient identifiés : L’âge ≤ à 20ans (OR 3,875 IC 95% 1,126-1,146), La religion (OR 2,053 IC95% 1,125-3,717), Le niveau bas de connaissance des MCM (OR 2,317 IC95% 1,273-4,219), L’absence de discussion avec le conjoint (OR 4,151 IC95% 1,680-12,134), La longue distance à parcourir pour obtenir l’offre de service de planning familial(OR 3,649 IC95% 1,322-19,72) ainsi que la non acceptation d’utiliser les MCM dans l’avenir (OR 5,268 IC95% 2,341-11,417).

La régression logistique a permis de retenir trois facteurs associés à la faible utilisation des méthodes contraceptives modernes dans cette Zone de Santé rurale. : (i) La méconnaissance sur les méthodes contraceptives modernes (OR 3,931 IC95% 1,898-8,143), le fait de parcourir des longues distances pour atteindre le service offrant les méthodes contraceptives modernes (OR 5,235 IC95% 1,107-2,56) et la non acceptation d’utiliser les méthodes contraceptives modernes dans l’avenir (OR 6,211 IC95% 1,449-2,702).

Conclusion

En conclusion, l’utilisation des méthodes contraceptives modernes reste faible dans la zone de santé rurale de Gombe Matadi. L’information correcte auprès de femmes et l’intervention sur l’attitude et tous les facteurs identifiés : l’âge de la femme ≤ à 20ans, la religion, le niveau bas de connaissance de MCM, La discussion avec le conjoint, des longues distances à parcourir pour atteindre le service offrant MCM, acceptation d’utiliser les MCM dans l’avenir peuvent améliorer la prévalence contraceptive moderne dans cette zone de santé.

Mots clés : déterminants, faible utilisation, méthodes contraceptives modernes.

Lire la suite:

Dr Katoka Fuanda Marie-Jeanne

Written by 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *